Environnement

Pelouse en santé

VERS BLANCS DANS LA PELOUSE 

Au printemps, votre pelouse est parsemée de trous? C’est probablement parce que votre pelouse a été retournée par des oiseaux et de petits animaux qui se nourrissent de vers blancs. À ce moment de l’année, les vers blancs, qui ont passé l’hiver bien enfouis dans le sol, reviennent à la surface et sont plus accessibles aux petits animaux. Face à cette problématique, différentes possibilités de contrôle s’offrent à vous.

Obtenir une pelouse en santé, ce n’est pas sorcier! En adoptant des trucs simples et pratiques comme aérer, terreauter et fertiliser, vous pourrez éviter de recourir aux pesticides. Vous faciliterez du même coup la tâche de l’entrepreneur qui prend soin de votre pelouse, si tel est le cas.

1. Soyez tolérant

Depuis longtemps, l’image de la pelouse idéale est synonyme de réussite et de prestige. Une telle pelouse verte et uniforme nécessite cependant un entretien intensif, souvent très coûteux et pas toujours environnemental.

Une pelouse en santé peut très bien jouer son rôle d’embellissement tout en comportant quelques défauts. Elle sera ainsi moins sujette aux maladies et aux infestations d’insectes ravageurs.

Apprenez à voir votre pelouse comme un milieu naturel et la présence d’herbes indésirables ou d’insectes comme étant normale et acceptable. Après tout, ces quelques imperfections n’auront aucune conséquence négative, mais entraîneront de précieux gains pour l’environnement!

2. Râtelez légèrement

Au printemps, une fois le sol dégelé et asséché, râtelez doucement la pelouse afin de redresser l’herbe et d’enlever les débris. Il ne sert à rien de retirer tous les brins de gazon jaunis : ceux-ci se décomposeront rapidement. À l’inverse, un nettoyage trop vigoureux arrachera les pousses saines et nuira à la reprise de la pelouse.

Quand?
Entre la mi-avril et la fin de mai

3. Faites analyser le sol

Pour obtenir une pelouse en santé, il faut d’abord avoir un bon sol.

Faites analyser l’acidité de votre sol par un employé d’un centre de jardin ou par tout autre spécialiste du domaine. Un pH inapproprié (inférieur à 6 ou supérieur à 7) réduit la vigueur du gazon, nuit à l’assimilation des éléments nutritifs et favorise la présence d’herbes indésirables. Certaines espèces telles l’épervière, la bardane, le liseron et l’oseille sont des indices d’un sol acide.

Les employés des centres de jardin vous conseilleront sur les mesures à adopter pour maintenir le pH de votre sol entre 6 et 7. 

Quand?
Entre le début de mai et la mi-mai ou entre la mi-août à la fin d’août

4. Aérez au besoin

Si vous ne pouvez pas enfoncer un crayon aisément dans la pelouse à une profondeur d’environ 10 cm à plusieurs endroits, c’est que le sol est trop compacté. La présence de certaines herbes indésirables, comme le plantain, est également un indice d’un sol compact. Une aération s’impose.

À l’aide d’un aérateur mécanique que vous pouvez louer, extrayez de petites carottes de terre lorsque le sol est légèrement humide. Évitez de faire une aération sur un sol gelé ou gorgé d’eau. Cette pratique permet :

  • une meilleure infiltration de l’eau et des éléments nutritifs;
  • une augmentation du niveau d’oxygène dans le sol;
  • une meilleure décomposition de la matière organique qui favorise l’activité des microorganismes du sol.

Laissez les carottes sur le sol afin qu’elles servent de terreautage. Désagrégez-les et distribuez la terre uniformément sur le gazon à l’aide d’un râteau à feuilles.

Vous pouvez aussi recourir aux services d’un professionnel. 

Pour être plus efficace, l’aération devrait idéalement être suivie d’un terreautage et d’un réensemencement (voir les étapes 5 et 6).

Quand?
Entre la mi-mai et la fin de mai ou entre la mi-août et la mi-septembre.

5. Terreautez

Après avoir aéré votre sol et avant de le réensemencer, étendez du compost au printemps ou un terreau à haute teneur en matières organiques à la fin de l’été. Le terreau doit contenir une part importante de  compost ainsi que de la terre à jardin, dans des proportions qui varieront selon le type de sol.

Le terreautage consiste à ajouter, directement sur la pelouse établie, une mince couche (1cm ou moins) de terreau.

Cela permet d’améliorer graduellement la qualité du sol, d’augmenter la densité de la pelouse et de stimuler la décomposition de la matière organique.

Comment?

  • Appliquez le terreau à la pelle ou de façon mécanique.
  • Passez ensuite un râteau à feuilles afin de faire descendre le terreau à la base des tiges de la pelouse et de remplir les trous d'aération le cas échéant.

Attention! L’application d’une couche trop épaisse de terreau (plus de 1 cm) étoufferait l’herbe déjà en place et pourrait nuire à la santé de votre pelouse.

Quand?
Entre la mi-mai et la fin-mai ou entre la mi-août et la mi-septembre.

6. Réensemencez

Réensemencez votre pelouse et ajoutez du compost aux endroits dénudés ou clairsemés afin d’éviter que des plantes indésirables ne se développent sur ces surfaces.

Utilisez un mélange de graminées (pâturin du Kentucky, ray-grass et fétuques avec endophytes). Vous récolterez les avantages de chaque espèce, rendant ainsi votre pelouse plus résistante aux maladies propres à une seule espèce. Si vous le désirez, vous pouvez aussi ajouter des légumineuses, comme le trèfle blanc. En effet, les plantes de cette famille ont la capacité de fixer l’azote de l’air dans le sol et ainsi de réduire les besoins de votre pelouse en fertilisants. Attention! Certains pesticides à faible impact qui enrayent les pissenlits s’attaquent aussi au trèfle. Informez-vous!

Saviez-vous qu’il existe des espèces spécifiques de semences selon le niveau d’ensoleillement ou l’importance du piétinement? Avant d’acheter, observez les caractéristiques des endroits où vous aurez besoin d’ensemencer. Aux endroits difficiles (très ombragés, présentant une forte pente, etc.), pourquoi vous acharner?  Remplacez la pelouse par d'autres espèces de couvre-sol, mieux adaptés à ces conditions. Vous réduirez du même coup le temps consacré à la tonte.

Quand?
Entre la mi-mai et la fin de mai ou entre la mi-août et la mi-septembre.

7. Tondez haut

Le printemps venu, assurez-vous de faire une première coupe à 5 cm (2 po) afin de stimuler la croissance des pousses latérales.

Par la suite, coupez la pelouse à 8 cm (3 po). Cela favorisera le développement des racines en profondeur et augmentera la résistance de la pelouse à la sécheresse et à la chaleur. Une tonte haute minimisera la germination de la plupart des herbes indésirables.  

Tondez régulièrement et ne coupez jamais plus du tiers de la hauteur à la fois afin de maintenir la vitalité de la pelouse. Lors de périodes de sécheresse, évitez de tondre. L’herbe entre alors en dormance et pousse très peu.

Pour la dernière coupe de l’automne, coupez à 5 cm (2 po).

Aiguisez les lames de votre tondeuse, au minimum une fois par année, afin de pratiquer une tonte bien nette. Les brins écorchés par une lame émoussée se déshydratent plus rapidement et sont plus vulnérables aux maladies.

N’oubliez pas que les tondeuses neuves ont une lame volontairement non aiguisée dans l’emballage. Assurez-vous que le marchand vous la vend avec une lame affûtée!

8. Laissez le gazon coupé sur le sol

Pratiquez l’herbicyclage en laissant le gazon coupé au sol lorsque vous le tondez. Une tonte appropriée donne des résidus courts et non visibles. Ces résidus de gazon se décomposent facilement, ce qui fournit des éléments nutritifs au sol.

Si vous n’avez pas de lame déchiqueteuse, repassez avec la tondeuse sur les résidus de gazon, au besoin.

En plus de combler en moyenne 30 % des besoins en éléments nutritifs de la pelouse, l’herbicyclage permet de :

  • diminuer le temps requis pour la tonte et l’entretien;
  • réduire le volume de matières organiques dans votre bac brun et les odeurs générées par l’herbe coupée.

Les feuilles mortes constituent également un excellent engrais naturel. Afin d’accélérer leur décomposition au sol, déchiquetez-les avec votre tondeuse.

9. Fertilisez

La fertilisation à l’aide d’engrais apporte au gazon ce que le sol n’est pas en mesure de lui fournir en quantité suffisante. Une fertilisation lui procurera des éléments nutritifs. Les emballages comportent trois chiffres (ex.: 8-2-2) qui correspondent au pourcentage des trois éléments suivants: azote (N), phosphore (P) et potassium (K).

Privilégiez un engrais à dégagement lent et à faible teneur en phosphore (moins de 3 %). Ce type d’engrais relâche de petites quantités d’éléments nutritifs sur une longue période plutôt que de tout libérer au même moment. Cette action lente et prolongée permet aux plantes d’absorber les substances nutritives selon leurs besoins, ce qui diminue les risques potentiels de pollution des cours d’eau tout en empêchant l’apparition de problèmes liés à une trop grande fertilisation, comme la présence d’insectes ravageurs. Une pelouse fertilisée adéquatement rend celle-ci plus forte et résistante aux problèmes, ce qui minimise le recours aux pesticides.

Plusieurs petites applications, réalisées au bon moment et à la bonne dose, sont recommandées. Respectez bien le mode d’application.

Pour réduire les besoins de votre pelouse en fertilisants, adoptez de bonnes pratiques: semez du trèfle, épandez du compost, pratiquez l’herbicyclage et broyez les feuilles mortes à l’automne. Éviter de fertiliser à moins de 15 mètres des cours d’eau et n’épandez pas d’engrais sur les surfaces dures. 

Quand?
Entre le début et la fin de mai ou entre la mi-août et la mi-septembre.

10. Prévenez et contrôlez les envahisseurs

Prenez l’habitude d’inspecter régulièrement votre pelouse et soyez tolérant! Quelques insectes ou herbes indésirables ne constituent pas une nuisance.

Les herbes indésirables

Enlevez-les à la main en arrachant les racines (si nécessaire avec un tire-racine ou avec une truelle étroite). Attendez, si possible, après une journée de pluie; le sol alors beaucoup plus humide facilitera les opérations. Remplissez les trous avec du compost et des semences.

Pour réduire la propagation d’herbes indésirables, tondez avant ou pendant la floraison et semez dans les zones dégarnies au printemps ou à la fin de l’été.

Les pissenlits poussent facilement dans un sol présentant un manque de calcium et un excès en potassium. Pour compenser cette carence en calcium, vous pouvez ajouter de la chaux à votre pelouse.

En dernier recours, l’utilisation d’un pesticide à faible impact pourrait être nécessaire.

Les vers blancs

Les larves du hanneton commun, du hanneton européen et du scarabée japonais, communément appelées « vers blancs », causent parfois d'importants dommages à la pelouse en se nourrissant des racines du gazon. Les zones affectées jaunissent ou brunissent et restent sèches même après un arrosage. Elles se soulèvent comme un tapis.

Des mouffettes ou d'autres petits mammifères font des trous dans votre pelouse? Des groupes d’oiseaux la picorent? Cela indique peut-être la présence de vers blancs. Vérifiez leur nombre en soulevant une plaque de gazon de 30 cm2. Il y a risque d’infestation lorsqu'on trouve plus de cinq larves sur cette surface.

Pour vous débarrasser des vers blancs, vous pouvez par exemple appliquer des nématodes en soirée, lors d’un temps nuageux ou pluvieux et lorsque la température n’est pas trop élevée, en août ou en septembre alors que les larves sont jeunes et vulnérables. Les nématodes sont des vers microscopiques qui parasitent les larves d’insectes ravageurs. Utilisez la variété Heterorhabditis bacteriophora (acronyme HB), plus efficace et plus concentrée. Gardez votre gazon humide pendant 10 jours suivant l’application. Surtout, portez attention au mode d’application pour assurer le succès de votre démarche. N’hésitez pas à consulter un professionnel.

Les punaises velues

Les punaises velues sont très petites (environ 3,5 mm de longueur). Cet insecte perfore les feuilles et les tiges des graminées pour en sucer la sève, ce qui tue les brins d’herbe.

Les pelouses implantées en sols sablonneux, en plein soleil et exposées à des conditions de sécheresse sont les plus susceptibles d'être envahies par les punaises velues. 

Les premiers signes d'infestation apparaissent habituellement entre la mi-juillet et la mi-août et sont souvent visibles près des haies, des arbres et des plates-bandes ornementales. Des taches jaunes de forme irrégulière s'agrandissent. Le gazon meurt en l'absence d'intervention. Les herbes endommagées demeurent bien ancrées au sol, car, contrairement aux vers blancs, les punaises velues ne rongent pas les racines des graminées.

Pour savoir si les dégâts à votre pelouse ont été produits par les punaises velues et non par la sécheresse, utilisez la méthode suivante :

  • Retirez les deux extrémités d'une grande boîte de conserve (qui a contenu par exemple du café) et enfoncez-la de 5 cm (2 po) dans la pelouse.
  • Remplissez la boîte de conserve d'eau savonneuse, en ajoutant de l'eau si le niveau baisse.
  • Attendez 5 à 10 minutes. Les punaises velues flotteront à la surface de l'eau.
  • Répétez l'opération à différents endroits sur la pelouse, notamment sur les bordures. Si vous comptez entre 5 et 10 punaises chaque fois, l'infestation est suffisamment grave pour endommager la pelouse.

Pour enrayer la présence des punaises velues, des pesticides à faible impact, comme le savon insecticide et la pyréthrine, peuvent être utilisés. N’hésitez pas à recourir aux services d’un spécialiste.

Ensemencez ensuite les zones touchées, idéalement avec des graminées résistantes (notamment des champignons endophytes).

Votre pelouse est sujette aux infestations de punaises? Commencer les vérifications dès le mois de mai. Une intervention rapide sera plus efficace.

11. Arrosez de manière responsable

Les pelouses ne requièrent pratiquement pas d’arrosage. Les précipitations peuvent satisfaire de 65 à 100 % de ces besoins, selon les années. La différence peut être comblée en arrosant le sol tout en respectant la réglementation municipale.

Pour la pelouse, les vivaces, les haies, les arbres et les arbustes

L’arrosage à l’aide d’un pistolet d'arrosage ou d’un arroseur (gicleur) est permis uniquement les dimanches et les mercredis, entre 20 h et 23 h. Le recours à un système programmé muni d'une sonde d'humidité est pour sa part autorisé les dimanches et les mercredis, entre 5 h et 7 h.

Dans le cas d’une nouvelle pelouse ou d’un traitement avec nématodes, l’arrosage est permis en tout temps durant 15 jours consécutifs, sur présentation d’une preuve d’achat.

En période prolongée de sécheresse, la pelouse entre en dormance et devient jaune afin de mieux résister au stress. Elle n’est pas morte et n’a pas besoin d’arrosage supplémentaire. Elle reverdira avec la pluie.

Pour les potagers et les fleurs annuelles

L’arrosage est permis en tout temps à l’aide d’un pistolet d’arrosage, d’un arrosoir ou d’un système programmé muni d’une sonde. On doit utiliser uniquement la quantité minimale d’eau requise pour satisfaire les besoins de ces végétaux. Aucun écoulement d’eau hors des zones visées par l’arrosage n’est autorisé.

12. … et soyez fier de votre pelouse durable!

Suivez les lois de la nature en respectant ces étapes, acceptez la diversité de votre pelouse et soyez créatifs! 

N’oubliez pas que le passage vers une pelouse durable n’entraînera peut-être pas les résultats escomptés dès la première année. Mais rassurez-vous, vos efforts soutenus seront récompensés. Votre environnement et votre santé ne s’en porteront que mieux!

Pour plus de renseignements

Consultez le Guide d’entretien pour une pelouse en santé (2.0 Mo).

Vous pouvez également communiquer avec la patrouille verte au 819 823-8000, poste 6374, du 15 mai au 15 août.