Quartier Well Sud

Hôtel de la Poésie

Neuf artistes sherbrookois ont uni leur talent pour transformer l’Hôtel Wellington en Hôtel de la Poésie. Chargé de symboles, d’icônes, d’histoires et de réflexions, ce projet collaboratif met en lumière le travail d’artistes sherbrookois talentueux œuvrant dans deux sphères artistiques distinctes, soit l’art urbain et la poésie.

Six artistes visuels (Georges-Étienne Royer-Gagné, Émile Caron Duval, Marie-Philippe Plante, Arnold, Ultra Nan et Dominic Lessard) ont pigé dans le répertoire des poètes et slammeurs Frank Poule, Sophie Jeukens et Marianne Verville pour réaliser une série d’œuvres saisissantes en bois et en peinture, à mi-chemin entre des murales et des sculptures. La direction artistique a été assurée par Dominic Lessard.

Les passages de poèmes retenus ont tous un point en commun, soit le fait d’être inspirés de la rue Wellington Sud, de sa riche histoire, de son présent et de son avenir, mais surtout, de la vie qui l’habite.

Six imposants et colorés masques de bois ont été installés aux fenêtres de l’Hôtel Wellington. Les passants pourront s’amuser à y repérer ici un hommage au poète de rue Snoute, là, une critique de la routine débilitante de la vie moderne.

C’est la convergence de deux visions artistiques qui a mené à la réalisation de ce projet. D’une part, le poète et slammeur Frank Poule et l’artiste Ultra Nan souhaitaient intégrer de la poésie sur la façade de l’Hôtel Wellington avant sa démolition annoncée. D’autre part, l’artiste Arnold et l’équipe du festival d’art urbain Amalgam avaient imaginé la réalisation d’interventions d’art urbain sur les fenêtres placardées de cet hôtel.

Le résultat final a été dévoilé lors de la première journée de festivités de la « Fête de la Well », un événement citoyen visant à célébrer les aspects positifs de ce secteur en mutation.

Œuvre de Arnold MTL
Œuvre de Ultra Nan
Œuvre de Émile Caron Duval
Œuvre de Georges-Étienne Royer Gagné
Œuvre de Dominic Lessard
Œuvre de Marie-Philippe Plante